Pin It
                      
L'avenir de l'île et le nôtre sont entre nos mains !
 

« Plus grave que la pandémie sanitaire : la pénurie alimentaire » !
Avec Oasis Réunion, visons l'autosuffisance alimentaire durable
en approuvant son Manifeste sur https://oasis-reunion.bio/

           

 

LETTRE INFO N° 15

21 juillet 2021

 

QUE SE PASSE-T-IL SUR LA PLANÈTE ?
... ET À LA RÉUNION ?

 

Chers signataires du manifeste d'Oasis Réunion,

Voici le sommaire de cette nouvelle Lettre qui - dans le contexte actuel, plus que préoccupant mais pas du tout désespéré - est DÉTERMINANTE.
Les changements nécessaires qui se feront de gré ou de force passent par :
- une bonne compréhension
- une forte implication
de chacun et chacun d'entre nous.

Alors prenez quelques minutes et lisez jusqu'au bout ! Merci.


Sommaire :

 

I - QUE SE PASSE-T-IL SUR LA PLANÈTE ?

II - QUE PEUT-IL SE PASSER À LA RÉUNION ?

III - QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

 

°°°°°

  

 

I - QUE SE PASSE-T-IL SUR LA PLANÈTE ?

 

Avec le texte de Michel DURU, Directeur de recherche, chargé de mission à INRAE, les 3 principaux organismes officiels de recherche appliquée soutiennent désormais Oasis Réunion :
• INRAE (Institut National de Recherche pour l'Agriculture, l'Alimentation et l'Environnement)
• INSERM (Institut National pour la Santé et la Recherche Médicale)
• CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique)

 

 

3 scientifiques issus de ces 3 organismes apportent en même temps la même réponse à cette question que tout le monde devrait se poser : « Que se passe-t-il sur la planète ? ».

Il y a d'impérieuses nécessités, désormais urgentes, à « refonder notre système agroalimentaire ».

Voyons d'une façon tout à fait exhaustive, au travers du texte de Michel DURU :

 

« Pourquoi refonder notre système alimentaire?
 

« Depuis une dizaine d’années, des scientifiques alertent sur le risque de crises systémiques liées à notre système alimentaire. La globalisation et l’industrialisation de l’agriculture, de la transformation et de la distribution, joint à une occidentalisation de l’alimentation, ont accru les émissions de gaz à effet de serre à l’origine du dérèglement climatique, l’érosion de la biodiversité et les pollutions, ainsi que les risques de maladies chroniques et infectieuses. Or ces grands maux apparus depuis environ un siècle, sont liés : la déforestation contribue au changement climatique et augmente le risque de zoonoses (*) ; les maladies chroniques sont des facteurs de comorbidité des maladies infectieuses. »

[ ... ]

« Le projet du collectif Oasis Réunion est à ce titre exemplaire. Les ambitions sont à la hauteur des enjeux. Tous les acteurs du système agri-alimentaire sont présents sur l'île. Les conditions sont réunies pour que ce projet soit une réussite et constitue un modèle pour d'autres territoires. »

Lire le texte intégral de Michel DURU sur https://oasis-reunion.bio/component/k2/item/30-duru-michel 

et d'autres textes, notamment ceux de Gilles BILLEN (CNRS) et de Jacques TESTART (INSERM) sur https://oasis-reunion.bio/soutienstous complémentaires, très enrichissants et transmissibles à votre entourage pour l'en faire profiter.

(*) Les zoonoses sont des maladies et infections. Le terme couvrant également les infestations parasitaires dont les agents se transmettent naturellement des animaux à l'être humain, et vice-versa.  


II - QUE PEUT-IL SE PASSER À LA RÉUNION ?

Et même, « Que va-t-il se passer » si, comme nous l'espérons, les engagements pris lors des campagnes électorales, qui ont débouché sur un « consensus territorial » (**) en faveur des objectifs du Manifeste d'Oasis Réunion, sont tenus par les élu.e.s.

Voici les 7 RÉPONSES positives faites aux 7 QUESTIONS posées aux candidat.e.s par le collectif Oasis Réunion lors de la récente campagne des élections régionales, par Madame Huguette BELLO, élue depuis présidente de la Région La Réunion :

Question 1 Souhaitez-vous que La Réunion toute entière - et donc la Région - s’engage résolument sur la voie de l'agro-bio-écologie avec le double objectif :
• d'une agriculture 0 produit chimique 100% biologique, relocalisée et autosuffisante,
• d'une alimentation traditionnelle saine, sûre, durable, pour tous, au juste prix ?

Réponse 

OUI, c’est une belle ambition . 

L’objectif de la politique agricole doit être en effet d’aller vers une agriculture à 100% zéro produit chimique, biologique relocalisée et autosuffisante. 

Concernant les produits chimiques, la nécessaire  suppression de leur utilisation n’est pas simple. La  pression sanitaire à la Réunion est permanente, et l’importation nous ramène constamment des nuisibles (ex : les fruits et piments, que l’on ne peut plus exporter). Il faut trouver des méthodes alternatives. Il faut aussi mettre dans nos assiettes plus de bio, dans la possibilité de production. Celle-ci doit se faire  dans toutes les zones de la Réunion pour une autosuffisance alimentaire sur toute l’île. Le prix doit être raisonnable, basé sur le coût de production.

L’autre objectif « d’une alimentation traditionnelle saine, sûre, durable, pour tous, au juste prix »  est aussi une nécessité , notamment sur les plans sanitaires et environnemental , et doit 

être concerté avec l’ensemble des acteurs. 


Question 2 - Si la réponse est oui, accepteriez-vous de participer, avec toutes les parties prenantes, institutionnelles, professionnelles, et citoyennes, à l'élaboration d'un grand Plan Stratégique Global (PSG) spécifique à l'île de La Réunion, tenant compte des enseignements de la crise sanitaire, destiné à  « faire de l'île la 1ère région de France « 0 produit chimique 100% biologique » en autosuffisance alimentaire durable » ? Ceci avec un véritable accompagnement approprié de tous les agriculteurs et agricultrices sur les plans : financier - technique - comme socio-économique.
Réponse

OUI. 

L’objectif de faire de l'île la 1ère Région de France « 0 produit chimique - 100% biologique en autosuffisance alimentaire durable »  ne se décrète pas et exigera des efforts sur le long terme  car nous partons de loin. La canne à sucre a toujours été grosse consommatrice d’engrais chimiques, les nouvelles méthodes culturales ont intégré énormément de produits phytosanitaires, les importations tous azimuts ont introduit dans l’île des nombreuses espèces animales et végétales nuisibles… La reconversion vers le bio progresse mais reste encore minoritaire. Il faut l’accompagner. La détermination à le faire doit être proportionnelle à l’ampleur de la tâche. Raison de plus pour s’engager encore davantage. 

Il faut un plan stratégique global pour une autosuffisance alimentaire, incitant les producteurs à produire bio. Ce plan doit être accepté par tous les secteurs et financeurs et repose sur la participation volontaire des producteurs. 


Question 3 - Êtes-vous prêts à prendre en compte les analyses, conclusions et propositions de la Radioscopie en 7 points capitaux sur l'agriculture et l'alimentation à La Réunion réalisée par OASIS RÉUNION en 2020-2021, construite sur la base des données officielles des institutions de l'Etat, des collectivités et des organismes professionnels ? 
Ce travail a été largement communiqué dans les médias et sa synthèse en 6 pages vous est accessible en ligne : 
https://oasis-reunion.bio/actualite/radioscopie-reunion/887-radioscopie-reunion
Réponse 
OUI. Cette radioscopie est une importante contribution qui doit être comparée à d’autres et débattue. 


Question 4 - Êtes-vous d'accord pour affirmer que « la priorité des priorités » est - en 1ère étape pour le territoire de La Réunion et toute sa population - d'atteindre l'objectif d'une Autonomie Alimentaire Durable (AAD) ? Elle suppose que la production locale vivrière soit autosuffisante dans sa durée, c'est-à-dire indépendante de toutes importations de produits alimentaires essentiels : pour assurer à l'ensemble de la population une santé optimale dans le respect de ses besoins nutritionnels quantitatifs et qualitatifs, de ses traditions culturales et culturelles; et donc en devenant non tributaire d'intrants chimiques, de pesticides, d'aliments OGM pour l'élevage, de semences, et de poussins pré-traités, etc. produits qui sont à l'origine de graves pathologies aiguës et chroniques, de pollutions des écosystèmes terrestres et aquatiques, de réduction de la biodiversité, et ... d'une empreinte carbone démesurée contribuant à l'accélération du changement climatique.

 

Réponse 
OUI. La priorité est de nourrir les Réunionnais avec une production locale régulière, stable, sûre, saine, et durable. 


Question 5 - Êtes-vous partisans d'arriver en 2ème étape, sur la base de l'Autonomie Alimentaire Durable, à une véritable Souveraineté Alimentaire pour La Réunion qui consiste à avoir la maîtrise sur l'ensemble du territoire de la politique agricole et alimentaire ?
Cet objectif, affiché par le Président de la République et le gouvernement, suppose une maîtrise collective des moyens de production, des canaux de commercialisation, et des destinations de la consommation, avec la recherche d'alternatives locales au commerce mondial.

Réponse 
OUI. Il faut poursuivre l’objectif de  la souveraineté alimentaire et garder l’équilibre entre les productions, car les fragilités de notre agriculture risquent de faire l’effet contraire. Il faut concilier les objectifs économiques, sociaux et environnementaux pour un modèle viable valorisant au maximum la production locale. 


Question 6 - Êtes-vous favorables à la création d'un réseau de PAT sur l'ensemble de l'île ?
Les Projets Alimentaires Territoriaux (PAT) en version BIO et en maillage sont parmi les « outils » qui doivent être privilégiés pour atteindre les précédents objectifs. Ils sont très efficaces car ils mettent en lien tous les acteurs « du champ à l'assiette ». 
[En vous rappelant de surcroît que les PAT ont pour objectif de relocaliser l'agriculture et l'alimentation dans les territoires en soutenant l'installation d'agriculteurs, les circuits courts ou les produits locaux dans les cantines, en prenant en compte les enjeux économiques, sociaux, environnementaux et de santé, ainsi que leur utilité dans le développement des territoires.]

Réponse 

 

OUI. Il faut privilégier les circuits courts pour des produits au plus près des assiettes. Cela doit être la règle dans la restauration collective.


Question 7 - Êtes-vous prêts à soutenir la lutte contre le gaspillage « du champ à l'assiette » (qui peut atteindre actuellement 30 à 40% de la consommation) et à faire de l'objectif « zéro gaspillage alimentaire » prôné par le gouvernement dès 2019 avec la Trajectoire outre-mer 5.0 une réalité à La Réunion ? En supportant pour ce défi la mise en place d'actions éducatives spécifiques et appropriées, avec la création de petits espaces de jardins potagers dans tous les établissements d'enseignement, de la maternelle à l'université, les visites de fermes pilotes, la création et la visite de fermes pédagogiques incluant l'élevage, et de fermes semencières ?

 

Réponse 
OUI. Le gaspillage dans les champs est inadmissible. La Région doit accompagner les petites unités de transformation et de stockage pour répondre notamment  aux périodes de surproduction. 

L’éducation alimentaire à travers des jardins partagés dans les écoles est une très bonne chose, car cela initie au bien manger. Il faut aussi ouvrir les fermes aux visites et stages pédagogiques

 

QUESTION SUBSIDIAIRE : 

Si nous avons effectivement ce rêve en commun, le ferez-vous savoir durant votre campagne électorale, en incitant le plus grand nombre à aller signer le Manifeste sur https://oasis-reunion.bio/ après l'avoir toutes et tous fait vous-mêmes ?
Avec Oasis Réunion, le jour d'après c'est aujourd'hui !

 

Réponse 

OUI.

 

 

 
 
 

En complément, nous attendons sa réponse à ces 3 autres questions (qui, nous le pensons, devraient être également positives puisqu'elles découlent des 7 premières) :

Question 1
Etant donné que vous avez accepté de « participer, avec toutes les parties prenantes, institutionnelles, professionnelles, et citoyennes, à l'élaboration d'un grand Plan Stratégique Global (PSG) spécifique à l'île de La Réunion, destiné à faire de l'île le 1er département de France "0 produit chimique - 100% biologique en autosuffisance alimentaire durable" »,
seriez-vous d'accord pour que la Région :
- soit co-organisatrice avec Oasis Réunion et toutes les parties prenantes citées ci-dessus, des réunions qui seront nécessaires à la mise en oeuvre du Plan Stratégique Global validé collectivement,
- et mette à disposition un lieu permettant la tenue des réunions nécessaires.
                    OUI                        NON

Question 2
Seriez-vous d'accord pour que la Région :
- finance la création de petits espaces de jardin potager à vocation éducative dans tous les établissements d'enseignement, de formation et d'insertion dépendant du Conseil Régional ?
                    OUI                        NON

Question 3
Seriez-vous d'accord pour que la Région crée et pilote un vaste Plan anti-gaspillage alimentaire « du champ à l'assiette » en partenariat avec les institutions, les professionnels et les citoyens-consommateurs, en commençant par l'appliquer dans la restauration collective des établissements d'enseignement, de formation et d'insertion dépendant du Conseil Régional ?

                    OUI                        NON 

 
(**)
 
 
 
III - QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?
 
 
Parce que notre nombre constitue une grande force, il faudrait participer activement et aussitôt à l'opération « Un signataire peut en cacher un autre » :

Merci à chacun.e d'entre vous de faire lire et signer le Manifeste d'Oasis Réunion à toutes celles et tous ceux qui partagent ses 3 objectifs en commençant par tous les membres de votre famille dès 15 ans :

• pour lire le Manifeste et son annexe c'est ICI

• pour signer directement c'est 

ou là :



Nous sommes aujourd'hui un peu plus de 35 000 signataires et il nous faut atteindre rapidement 40 000 signatures, puis 50 000, et 100 000 à la fin de l'année !

Pour votre information ça bouge déjà très fort sur le terrain, dans le sens des 3 objectifs d'Oasis Réunion :
▶︎Plus d'1 installation agricole sur 2 se fait en Agriculture Biologique certifiée, 

et, selon les tout derniers chiffres publiés par l'Agence Bio :
▶︎Plus de 400 agriculteurs en bio certifiée cultivent plus de 1 500 hectares dans toutes les filières agricoles y compris la canne à sucre, ce qui représente 4,5% de la SAU (Surface Agricole Utilisée) et presque 6% des fermes existantes sur l'île.

Ce qui correspond à une progression des terres en « conversion bio » de +62% entre 2019 et 2020.

 

 

Vous pouvez toujours suivre quotidiennement nos actualités, les partager, vous y abonner, ICI

Et rejoindre notre équipe de bénévoles en proposant votre aide par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

 

Avec Oasis Réunion,

Le changement c'est maintenant !
Le jour d'après, c'est aujourd'hui !
La mobilisation, c'est à chaque instant !

Collectif Oasis Réunion
contact 06 70 51 06 48 (12h-19h)
https://oasis-reunion.bio/

https://www.facebook.com/oasis.reunion.bio/
https://www.twitter.com/OasisReunionBio/

« Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles. » (William Arthur Ward)

Nou Lé Sak Nou Manz

« Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé. »
Margaret Mead, anthropologue (1901-1978)

Pin It

 
Joomla Extensions

SIGNATURES "PAPIER" :
+ 5297